Accueil Essais et Critiques Essais et Critiques Motoneige Polaris Indy 600 XC 129 2019 Essai

Polaris Indy 600 XC 129 2019 Essai

Il est intéressant de voir au fil des années la tangente que prennent les manufacturiers. Depuis quelques années, Polaris était demeuré très tranquille en ce qui a trait aux nouveautés. Et voilà que depuis deux ans environ, on observe l’arrivée de plusieurs innovations qui ont su charmer le consommateur.  L’arrivée du Titan, motoneige de travail, a définitivement relancé le fabricant américain dans sa conquête du marché de la motoneige.

2019 assure une continuité dans cette veine avec l’arrivée du nouveau moteur 850 Liberty, entièrement repensé pour assurer une excellente combinaison entre la puissance et la fiabilité. Au moment d’écrire ces quelques lignes, celui-ci obtient une bonne cote auprès des consommateurs qui en ont fait l’acquisition.

La deuxième nouveauté pourrait également s’apparenter à un retour, car Polaris a connu énormément de succès dans le passé avec des géométries de suspension similaires à celles introduit es sur la XC 129.  Les versions XLT entre autres avec les Extra 10 et Extra 12 dans les années 90, ont été reconnues à l’époque comme d’excellentes suspensions, confortables et performantes.

Polaris Indy 600 XC 129 2019 Essai
Polaris Indy 600 XC 129 2019 Essai

Notre bolide d’essai à long terme est un Polaris Indy XC 129 muni du moteur 600 CC. Bien que nous n’ayons pu obtenir une version 850, nous sommes tout de même en mesure de bien évaluer cette nouvelle suspension et le comportement qu’elle peut offrir en combinaison avec la plateforme AXYS.

Suspension PRO-CC

Vite dans le vif du sujet, la question clé : est-ce que cette suspension livre la marchandise? La réponse est OUI en majuscule s.v.p. Le concept de cette nouvelle suspension est très semblable à plusieurs suspensions sur le marché, le premier point majeur est sans aucun doute la notion de couplage ajustable qui est de retour, point qui est inexistant sur les versions munies de la suspension Pro-XC. Grâce à la possibilité d’ajuster le transfert de poids, il est maintenant facile d’ajuster selon votre goût la portée des skis au sol en accélération ou en sortie de virage. Comment y arriver? Il suffit de faire quelques essais en tournant les blocs de transfert situéstout près des roulettes arrière de la suspension. En pivotant les blocs pour augmenter l’épaisseur de ceux-ci vers l’avant, c’est-à-dire de diminuer l’espace entre le bloc et le bras de pivot, vous diminuez le transfert de poids, et la motoneige va conserver les skis au sol en accélération et, par le fait même, offrir une meilleure stabilité en sortie de virage. Après l’avoir testé, c’est vraiment efficace. Pour ma part, je préfère une suspension qui conserve les skis soudés au sol en tout temps, j’ai donc pris le temps d’ajuster les blocs en position permettant le moins de transfert de poids possible et le résultat est quasi parfait…  Le petit décrochage que l’on observait avec la suspension Pro-XC disparait complètement. Les skis restaient complètement cloués au sol, ce qui facilite les accélérations en sortie de virage et améliore de beaucoup la stabilité du véhicule. À quand une version 137?

Polaris Indy 600 XC 129 2019 Essai
Polaris Indy 600 XC 129 2019 Essai

Walker Evans

La suspension Pro-CC est équipée des amortisseurs Walker Evans à bombonne externe avec un diamètre de 2 pouces ajustable en compression. La réputation de ces amortisseurs n’est plus à faire, et possède une large plage d’ajustements. Ces amortisseurs sont conçus pour du service intense, et ont une plage de rigidité relativement élevée, donc pour un peu moins de résistance dans les petites bosses, il est préférable de dévisser la valve qui modifie la résistance interne de l’amortisseur, ceci va lui donner plus de souplesse et la motoneige devient plus agréable dans les petites bosses.

Si l’on jette un œil sur la suspension avant, on retrouve également des Walker Evans ajustables en compression. En conduite plus agressive, j’ai conservé l’ajustement en compression à environ la moitié de sa capacité totale. Ceci permet une meilleure stabilité en virage et évite que le nez plonge trop vers l’extérieur pour ainsi causer ce qui est communément appelé du «ski lift»ou du soulèvement du ski intérieur. Les skis sont à lisse simple avec une quille de bonne agressivité. Le seul point d’amélioration est de diminuer le louvoiement qui se fait sentir en décélération.

Polaris Indy 600 XC 129 2019 Essai
Polaris Indy 600 XC 129 2019 Essai

Performance

Le 600 CC de Polaris a toujours livré un rendement hors du commun pour la grosseur de sa cylindrée, et 2019 ne fait pas exception. Les accélérations sont toujours aussi surprenantes, il n’y a aucune hésitation lors des reprises à moyen et à haut régime. À très bas régime ou lors de départ arrêté, les calibrations d’embrayage poussent beaucoup, ce qui laisse l’impression que le moteur force, manque légèrement de révolution et ne peut livrer la pleine puissance, mais il s’agit d’une fraction de seconde avant d’atteindre son plein potentiel.

Côté accessoire, l’accessibilité au bouton de commande des poignées et pouces chauffants est relativement facile d’utilisation malgré leur petitesse. Le tableau de bord est bien positionné pour une lecture facile en position assise et livre toute l’information pertinente pour le pilote. Côté ergonomie, la position du pilote est confortable en position relaxe, et le point fort à mon avis de ce châssis est lorsqu’on décide de pousser la machine un peu plus pour une conduite agressive, l’étroitesse du réservoir d’essence facilite le passage gauche/droite, en combinaison avec la hauteur du guidon, il est très facile de sortir complètement du bolide en virage agressif pour garder une bonne stabilité.

Polaris Indy 600 XC 129 2019 Essai
Polaris Indy 600 XC 129 2019 Essai

Le coffre avant est relativement petit, cependant il est perforé pour laisser introduire un peu de chaleur provenant du moteur, intéressant pour les cellulaires. Celui situé à l’arrière est de très bonnes dimensions, et permet le rangement de plusieurs effets personnels. Bien que nous n’ayons pas fait de tests à cet égard, il nous semble parfaitement étanche.

Banc d’appoint

Notre Indy XC 129, est muni d’un banc d’appoint permettant d’apporter un passager, on retrouve poignées chauffantes et une prise de visière électrique. Bien conçue, l’assise est suffisamment longue pour permettre au passager de rester bien en place, même pour les personnes de bonne taille. Le dossier est de la bonne hauteur et est très confortable. La position des mains est un peu vers l’arrière, mais ce n’est pas inconfortable, et les mains sont bien protégées via des protecteurs intégrés. Le concept d’attaches permettant d’installer ou de retirer le siège est très efficace et facile d’utilisation. Petite note :pour l’utilisation à deux, il y a de fortes possibilités que vous deviez changer les ressorts arrière qui manquent de résistance avec plus de 250 livres sur le bolide

Pas de doute, cette nouvelle suspension fera fureur dans les prochaines années: confort, stabilité et performance sont au rendez-vous, pourquoi pas une version 137 pour 2020?

- Publicité -

Stéphane Mivillehttps://www.passionmotoneige.com
Chroniqueur - Passion Motoneige Magazine

LAISSER UN COMMENTAIRE

Les commentaires ne s'affichent qu'une fois approuvés par l'administrateur
Please enter your name here

- Publicité -
- Publicité -


- Publicité -